Fundar 1205 Resultados para: pays

  • Jacob continua son chemin, et arriva au pays de l'orient. (Genèse 29, 1)

  • Laban répondit: Ce n'est pas la coutume de ce pays-ci de marier les filles les plus jeunes les premières. (Genèse 29, 26)

  • Joseph étant né, Jacob dit à son beau-père: Laissez-moi aller, afin que je retourne à mon pays, et au lieu de ma naissance. (Genèse 30, 25)

  • Et de plus, le Seigneur même lui dit: Retournez au pays de vos pères et vers votre famille, et Je serai avec vous. (Genèse 31, 3)

  • Je suis le Dieu de Béthel, où vous avez oint la pierre et où vous M'avez fait un voeu. Sortez donc promptement de cette terre, et retournez au pays de votre naissance. (Genèse 31, 13)

  • Et emmenant avec lui tout ce qu'il avait, ses troupeaux et tout ce qu'il avait acquis en Mésopotamie, il se mit en chemin pour aller auprès de son père, au pays de Chanaan. (Genèse 31, 18)

  • Il envoya en même temps des gens devant lui pour donner avis de sa venue à son frère Esaü, en la terre de Séir, au pays d'Edom; (Genèse 32, 3)

  • Jacob dit ensuite: Dieu d'Abraham mon père, Dieu de mon père Isaac, Seigneur qui m'avez dit: Retournez en votre pays et au lieu de votre naissance, et Je vous comblerai de bienfaits; (Genèse 32, 9)

  • Il passa ensuite jusqu'à Salem qui est une ville des Sichimites, dans le pays de Chanaan, et il demeura près de cette ville après son retour de Mésopotamie, qui est en Syrie. (Genèse 33, 18)

  • Alors Dina, fille de Lia, sortit pour voir les femmes du pays. (Genèse 34, 1)

  • Et Sichem, fils d'Hémor Hévéen, prince du pays, l'ayant vue, conçut un grand amour pour elle et l'enleva, et dormit avec elle par force et par violence. (Genèse 34, 2)

  • Après cette exécution violente, Jacob dit à Siméon et à Lévi: Vous m'avez troublé, et vous m'avez rendu odieux aux Chananéens et aux Phérézéens qui habitent ce pays. Nous ne sommes que peu de monde; et ils s'assembleront tous pour m'attaquer, et ils me perdront avec toute ma maison. (Genèse 34, 30)


“Há alegrias tão sublimes e dores tão profundas que não se consegue exprimir com palavras. O silêncio é o último recurso da alma, quando ela está inefavelmente feliz ou extremamente oprimida!” São Padre Pio de Pietrelcina