Löydetty 578 Tulokset: choses

  • Ne vous souillez par aucune de ces choses, car c'est par elles que ce sont souillées les nations que je vais chasser devant vous. (Lévitique 18, 24)

  • Vous ne suivrez pas les usages des na­tions que je vais chasser de devant vous; car elles ont fait toutes ces choses,. et je les ai en dégoût. (Lévitique 20, 23)

  • Il pourra manger le pain de son Dieu, des choses très saintes et des choses saintes. (Lévitique 21, 22)

  • "Parle à Aaron et à ses fils, afin qu'ils s'abstiennent des choses saintes que me consacrent les enfants d'Israël, et qu'ils ne profanent pas mon saint nom. Je suis Yahweh. (Lévitique 22, 2)

  • Tout hom­me de la race d'Aaron qui aura la lèpre ou une gonorrhée, ne mangera pas des choses saintes, jusqu'à ce qu'il soit pur. Il en sera de même de celui qui aura touché une personne souillée par le cou­tact d'un cadavre, de celui qui aura eu un épanchement séminal, (Lévitique 22, 4)

  • Celui qui touchera ces choses sera impur jusqu'au soir et il ne mangera pas des choses saintes ; mais il bai­gnera son corps dans l'eau (Lévitique 22, 6)

  • et, après le coucher du soleil, il sera pur; il pourra manger alors des choses saintes, car c'est sa nourriture: (Lévitique 22, 7)

  • Ils observeront mes commandements, de peur qu'ils ne se chargent d'un péché à ce sujet, et qu'ils ne meurent pour avoir pro­fané les choses saintes. Je suis Yahweh, qui les sanctifie. (Lévitique 22, 9)

  • Aucun étranger ne mangera des choses saintes; celui qui demeure chez un prêtre et le mercenaire ne mangeront point des choses saintes. (Lévitique 22, 10)

  • La fille d'un prêtre, mariée à un étranger, ne man­gera pas de ce qui a été prélevé sur les choses saintes. (Lévitique 22, 12)

  • Les prêtres ne profaneront point les choses saintes des enfants d'Israël, ce qu'ils ont prélevé pour Yahweh, (Lévitique 22, 15)

  • et ne leur feront pas porter le poids de la faute qu'ils commet­traient en mangeant leurs choses saintes; car je suis Yahweh, qui les sanctifie. (Lévitique 22, 16)


“Amar significa dar aos outros – especialmente a quem precisa e a quem sofre – o que de melhor temos em nós mesmos e de nós mesmos; e de dá-lo sorridentes e felizes, renunciando ao nosso egoísmo, à nossa alegria, ao nosso prazer e ao nosso orgulho”. São Padre Pio de Pietrelcina