Löydetty 50 Tulokset: Abram

  • Tharé ayant vécu soixante-dix ans, engendra Abram, Nachor et Aran. (Genèse 11, 26)

  • Voici les générations de Tharé. Tharé engendra Abram, Nachor et Aran. Or Aran engendra Lot; (Genèse 11, 27)

  • Or Abram et Nachor prirent des femmes. La femme d'Abram s'appelait Saraï, et celle de Nachor s'appelait Melcha fille d'Aran, qui fut père de Melcha et père de Jescha. (Genèse 11, 29)

  • Tharé ayant donc pris Abram son fils, Lot son petit-fils, fils d'Aran, et Saraï sa belle-fille, femme d'Abram son fils, les fit sortir d'Ur en Chaldée, pour aller avec lui dans le pays de Chanaan; et étant venus jusques à Haran, ils y habitèrent. (Genèse 11, 31)

  • Or le Seigneur dit à Abram: Sortez de votre pays, de votre parenté, et de la maison de votre père, et venez en la terre que Je vous montrerai. (Genèse 12, 1)

  • Abram sortit donc comme le Seigneur le lui avait commandé, et Lot alla avec lui. Abram avait soixante-quinze ans lorsqu'il sortit de Haran. (Genèse 12, 4)

  • Abram passa au travers du pays jusqu'au lieu appelé Sichem, et jusqu'à la vallée illustre. Les Chananéens occupaient alors ce pays-là. (Genèse 12, 6)

  • Or le Seigneur apparut à Abram, et lui dit: Je donnerai ce pays à votre postérité. Abram dressa en ce lieu-là un autel au Seigneur, qui lui était apparu. (Genèse 12, 7)

  • Abram alla encore plus loin, marchant toujours et s'avançant vers le midi. (Genèse 12, 9)

  • Mais la famine étant survenue en ce pays-là, Abram descendit en Egypte pour y passer quelque temps, parce que la famine était grande dans le pays qu'il quittait. (Genèse 12, 10)

  • Abram étant entré ensuite en Egypte, les Egyptiens virent que cette femme était très belle. (Genèse 12, 14)

  • Ils en usèrent bien à l'égard d'Abram à cause d'elle; et il reçut des brebis et des boeufs, et des ânes, et des serviteurs, et des servantes, et des ânesses, et des chameaux. (Genèse 12, 16)


“Não se desencoraje, pois, se na alma existe o contínuo esforço de melhorar, no final o Senhor a premia fazendo nela florir, de repente, todas as virtudes como num jardim florido.” São Padre Pio de Pietrelcina