Trouvé 6873 Résultats pour: ren

  • Car Yahweh avait rendu tout sein stérile dans la maison d'Abimélech, à cause de Sara, femme d'Abraham. (Genèse 20, 18)

  • Abraham avait cent ans à la naissance d'Isaac, son fils. Et Sara dit : " Dieu m'a donné de quoi rire ; quiconque l'apprendra rira à mon sujet. " (Genèse 21, 6)

  • Abraham s'étant levé de bon matin, prit du pain et une outre d'eau, les donna à Agar et les mit sur son épaule ; il lui remit aussi l'enfant, et il la renvoya. (Genèse 21, 14)

  • Lève-toi, relève l'enfant, prends-le par la main, car je ferai de lui une grande nation. " (Genèse 21, 18)

  • Et Abraham prit des brebis et des boeufs, et les donna à Abi­mélech, et ils firent alliance tous deux. (Genèse 21, 27)

  • C'est ainsi qu'ils firent alliance à Bersabée. Après quoi Abimélech se leva, avec Phicol, chef de son armée, et ils retournèrent au pays des Philistins. (Genèse 21, 32)

  • Il répondit : " Me voici. " Et Dieu dit " Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, et va-t'en au pays de Moria, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je t'indiquerai. " (Genèse 22, 2)

  • Et Abraham prit le bois de l'holocauste, et le mit sur Isaac, son fils, lui-même portait dans sa main le feu et le couteau, et ils s'en allèrent tous deux ensemble. (Genèse 22, 6)

  • Lorsqu'ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait désigné, Abraham y éleva l'autel et arrangea le bois ; (Genèse 22, 9)

  • car je sais maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton unique. " Abra­ham, ayant levé les yeux, vit derrière lui un bélier pris dans un buisson par les cornes; et Abraham alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils. (Genèse 22, 13)

  • Abraham retourna vers ses serviteurs et, s'étant levés, ils s'en allèrent ensemble à Bersabée. Et Abraham habita à Ber­sabée. (Genèse 22, 19)

  • Les fils de Heth répondirent à Abraham en lui disant : (Genèse 23, 5)


“Dirás tu o mais belo dos credos quando houver noite em redor de ti, na hora do sacrifício, na dor, no supremo esforço duma vontade inquebrantável para o bem. Este credo é como um relâmpago que rasga a escuridão de teu espírito e no seu brilho te eleva a Deus”. São Padre Pio de Pietrelcina