Talált 93 Eredmények: d'Esaü

  • Isaac répondit et dit à Esaü : " Voici, je l'ai établi ton maître et j e lui ai donné tous ses frères pour serviteurs, et je l'ai pourvu de froment et de vin; et pour toi donc, que puis-je faire, mon fils? (Genèse 27, 37)

  • Esaü dit à son père : " N'as-tu que cette seule bénédiction, mon père? Bénis-moi, moi aussi, mon père! " Et Esaü éleva la voix et pleura. (Genèse 27, 38)

  • Esaü conçut de la haine contre Jacob à cause de la bénédiction que son père lui avait donnée, et Esaü dit en son c?ur : " Les jours où je ferai le deuil de mon père approchent ; alors je tuerai Jacob, mon frère. " (Genèse 27, 41)

  • On rapporta à Rebecca les paroles d'Esaü, son fils aîné. Elle fit appeler Jacob, son fils cadet, et lui dit : (Genèse 27, 42)

  • " Voici qu'Esaü, ton frère, veut se ven­ger de toi en te tuant. (Genèse 27, 43)

  • Et Isaac congédia Jacob, qui s'en alla en Paddan-Aram, vers Laban, fils de Bathuel l'Araméen, frère de Rebecca, la mère de Jacob et d'Esaü. (Genèse 28, 5)

  • Esaü vit qu'Isaac avait béni Jacob et qu'il l'avait envoyé en Paddan-Aram pour y prendre une femme, et qu'en le bénissant, il lui avait donné cet ordre " Tu ne prendras pas pour femme une des filles de Chanaan ", (Genèse 28, 6)

  • Esaü vit donc que les filles de Chanaan déplaisaient à Isaac, son père, (Genèse 28, 8)

  • et Esaü s'en alla vers Ismaël, et il prit pour femme, outre les femmes qu'il avait déjà, Mahéleth, fille d'Ismaël, fils d'Abraham, et soeur de Na­baïoth. (Genèse 28, 9)

  • Jacob envoya devant lui des messa­gers vers Esaü, son frère, au pays de Seïr, dans la campagne d'Edom. (Genèse 32, 4)

  • Il leur donna cet ordre : " Voici ce que vous direz à mon seigneur, à Esaü : Ainsi parle ton serviteur Jacob : J'ai séjourné chez Laban et j'y suis resté jusqu'à pré­sent, (Genèse 32, 5)

  • Les messagers revinrent auprès de Jacob en disant : " Nous sommes allés vers ton frère Esaü, et il marche à ta rencontre avec quatre cents hommes. " (Genèse 32, 7)


“Não nos preocupemos quando Deus põe à prova a nossa fidelidade. Confiemo-nos à Sua vontade; é o que podemos fazer. Deus nos libertará, consolará e enorajará.” São Padre Pio de Pietrelcina