Talált 532 Eredmények: ciel

  • Alors j'ai vu dans le ciel un autre signe grand et étonnant, sept anges porteurs de sept fléaux. Ce sont les derniers, car avec eux s'apaisera la fureur de Dieu. (Apocalypse 15, 1)

  • et ils insultaient le Dieu du ciel à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères. Ils ne se sont pas repentis de leurs oeuvres.. (Apocalypse 16, 11)

  • Après cela je vis un autre ange qui descendait du ciel et rayonnait une telle puissance que la terre était illuminée par sa gloire. (Apocalypse 18, 1)

  • Alors j'ai entendu une autre voix venant du ciel qui disait: "Sortez de chez elle, ô mon peuple. Ne vous laissez pas contaminer par ses péchés, car vous auriez part à ses châtiments. (Apocalypse 18, 4)

  • Ses péchés se sont accumulés jusqu'à toucher le ciel, et Dieu s'est souvenu de ses injustices. (Apocalypse 18, 5)

  • Mais que le ciel soit en fête! Réjouissez-vous, saints, apôtres et prophètes, car Dieu a défendu votre cause et elle a payé. (Apocalypse 18, 20)

  • Alors j'ai vu le ciel ouvert. J'ai vu un cheval blanc et celui qui le monte; on l'appelle le Fidèle et le Vrai. Il juge, il combat, selon la droiture. (Apocalypse 19, 11)

  • Les armées du ciel le suivent, équipées de chevaux blancs, vêtues de lin fin net et blanc. (Apocalypse 19, 14)

  • Je vis alors un ange debout sur le soleil, appelant à grands cris tous les oiseaux qui volaient dans les hauteurs du ciel: "Tous ici, rassemblez-vous pour le grand banquet de Dieu! (Apocalypse 19, 17)

  • Tous les autres furent massacrés par l'épée de celui qui monte le cheval, cette épée qui sort de sa bouche, et tous les oiseaux du ciel se sont rassasiés de leurs chairs. (Apocalypse 19, 21)

  • Alors j'ai vu un ange qui descendait du ciel et tenait dans sa main la clé de l'abîme avec une grande chaîne. (Apocalypse 20, 1)

  • Voici qu'ils couvrent l'étendue de la terre, ils assiègent le camp des saints, la cité bien-aimée... Mais le feu du ciel tombe sur eux et les consume. (Apocalypse 20, 9)


“Quanto maiores forem os dons, maior deve ser sua humildade, lembrando de que tudo lhe foi dado como empréstimo.” São Padre Pio de Pietrelcina