1. Voici, mes bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris; dans toutes les deux, je tâche de réveiller vos bons sentiments en faisant appel à votre mémoire,

2. afin que vous vous souveniez des paroles des saints prophètes, dont j'ai déjà parlé, et des préceptes du Seigneur et Sauveur, transmis par vos Apôtres.

3. Sachez, avant toutes choses, qu'aux derniers jours il viendra des imposteurs et des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises,

4. qui diront: Où est la promesse de Son avènement? Car depuis que nos pères sont morts, toutes choses demeurent comme depuis le commencement de la création.

5. Car ils affectent d'ignorer qu'il y eut autrefois des cieux et une terre sortie de l'eau et formée au moyen de l'eau, par la parole de Dieu,

6. et que ce fut par ces choses mêmes que le monde d'alors périt, submergé dans l'eau.

7. Quant aux cieux et à la terre d'à présent, ils sont gardés par cette même parole, et réservés pour le feu, au jour du jugement et de la ruine des impies.

8. Mais il est une chose que vous ne devez pas ignorer, mes bien-aimés: c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans comme un jour.

9. Le Seigneur ne retarde pas l'exécution de Sa promesse, comme quelques-uns le supposent; mais Il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais que tous viennent à la pénitence.

10. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; alors les cieux passeront avec un grand fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre sera consumée avec tout ce qu'elle renferme.

11. Puis donc que toutes ces choses doivent se dissoudre, quels ne devez-vous pas être par la sainteté de votre conduite et par la piété,

12. attendant et hâtant l'avènement du jour du Seigneur, jour à cause duquel les cieux enflammés seront dissous, et les éléments embrasés se fondront.

13. Mais nous attendons, selon Ses promesses, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, dans lesquels la justice habitera.

14. C'est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, faites des efforts pour que Dieu vous trouve purs et irréprochables dans la paix.

15. Et dans la longue patience de notre Seigneur, reconnaissez votre salut, ainsi que notre bien-aimé frère Paul vous l'a écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée.

16. C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses; lettres dans lesquelles il y a certains passages difficiles à comprendre, dont les hommes ignorants et mal affermis tordent le sens, pour leur propre ruine.

17. Vous donc, frères, étant prévenus, soyez sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'erreur de ces insensés, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté.

18. Mais croissez dans la grâce dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A Lui la gloire, et maintenant, et jusqu'au jour de l'éternité. Amen.





“Temos muita facilidade para pedir, mas não para agradecer”. São Padre Pio de Pietrelcina