Fondare 6873 Risultati per: ren

  • Dès l'aube du jour, les anges pressèrent Lot, en disant : " Lève-toi, prends ta femme et tes deux filles qui sont ici, afin que tu ne périsses pas dans le châti­ment de la ville. " (Genèse 19, 15)

  • Comme i! tardait, ces hommes le prirent par la main, lui, sa femme et ses deux filles, car Yahweh voulait l'épargner ; ils l'emmenèrent et le mirent hors de la ville. (Genèse 19, 16)

  • Lorsqu'ils les eurent fait sortir, l'un des anges dit : " Sauve-toi, sur ta vie. Ne regarde pas derrière toi, et ne t'arrête nulle part dans la Plaine ; sauve-toi à la montagne, de peur que tu ne périsses. " (Genèse 19, 17)

  • Abraham se leva de bon matin et se rendit au lieu où il s'était tenu devant Yahweh. (Genèse 19, 27)

  • Elles firent donc boire du vin à leur père cette nuit-là, et l'aînée alla coucher avec son père, et il ne s'aperçut ni du coucher de sa fille ni de son lever. (Genèse 19, 33)

  • Cette nuit-là encore elles firent boire du vin à leur père, et la cadette alla se coucher auprès de lui, et il ne s'aperçut ni de son coucher ni de son lever. (Genèse 19, 35)

  • Les deux filles de Lot devinrent enceintes de leur père. (Genèse 19, 36)

  • et fit un séjour à Gérare. Abra­haro disait de Sara, sa femme : " C'est ma soeur. " Abimélech, roi de Gérare, envoya pren­dre Sara. (Genèse 20, 2)

  • Maintenant, rends la femme de cet homme, car il est prophète; il priera pour toi, et tu vivras. Si tu ne la rends pas, sache que tu mourras certainement, toi et tous ceux qui t'appartiennent. " (Genèse 20, 7)

  • Abimélech se leva de bon matin, appela tous ses serviteurs et leur rapporta toutes ces choses ; et ces gens furent saisis d'une grande frayeur. (Genèse 20, 8)

  • Alors Abimélech prit des brebis et des b?ufs, des serviteurs et des servantes, et les donna à Abraham ; et il lui rendit Sara, sa femme. (Genèse 20, 14)

  • Abraham intercéda auprès de Dieu, et Dieu guérit Abimélech, sa femme et ses servantes, et ils eurent des enfants. (Genèse 20, 17)


“Quanto mais se caminha na vida espiritual, mais se sente a paz que se apossa de nós.” São Padre Pio de Pietrelcina