1. Festus, étant donc arrivé dans la province, monta trois jours après de Césarée à Jérusalem.

2. Et les princes des prêtres, avec les premiers d'avec les Juifs, vinrent le trouver, pour accuser Paul; et ils le priaient,

3. lui demandant comme une faveur, dans un but hostile, d'ordonner qu'il fût conduit à Jérusalem, prêts à tendre des embûches pour le tuer en chemin.

4. Mais Festus répondit que Paul était gardé à Césarée, et qu'il partirait lui-même bientôt.

5. Que les principaux d'entre vous, dit-il, descendent donc avec moi; et si cet homme a commis quelque crime, qu'ils l'accusent.

6. N'ayant passé parmi eux que huit ou dix jours, il descendit à Césarée; et le lendemain il s'assit sur le tribunal, et ordonna d'amener Paul.

7. Lorsqu'on l'eut introduit, les Juifs qui étaient descendus de Jérusalem l'entourèrent, portant contre lui de nombreuses et graves accusations, qu'ils ne pouvaient pas prouver.

8. Et Paul se défendait, en disant: Je n'ai péché en rien contre la loi des Juifs, ni contre le temple, ni contre César.

9. Mais Festus, voulant faire plaisir aux Juifs, répondit à Paul: Veux-tu monter à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses devant moi?

10. Mais Paul dit: Je suis devant le tribunal de César, c'est là qu'il faut que je sois jugé; je n'ai fait aucun tort aux Juifs, comme tu le sais fort bien.

11. Si j'ai fait du tort, ou si j'ai commis quelque crime qui mérite la mort, je ne refuse pas de mourir; mais s'il n'y a rien de fondé dans leurs accusations, personne ne peut me livrer à eux. J'en appelle à César.

12. Alors Festus, après en avoir conféré avec le conseil, répondit: Tu en as appelé à César, tu iras devant César.

13. Quelques jours plus tard, le roi Agrippa et Bérénice descendirent à Césarée, pour saluer Festus.

14. Et comme ils y demeurèrent plusieurs jours, Festus parla de Paul au roi, en disant: Il y a ici un homme que Félix a laissé prisonnier;

15. lorsque j'étais à Jérusalem, les princes des prêtres et les anciens des Juifs sont venus me trouver à son sujet, demandant contre lui une condamnation.

16. Je leur répondis que ce n'est pas la coutume des Romains de condamner un homme avant que celui qui est accusé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu'il ait eu la facilité de se laver de ce dont on l'accuse.

17. Après qu'ils furent venus ici sans aucun délai, le jour suivant, assis sur le tribunal, j'ordonnai qu'on amenât cet homme.

18. Lorsque les accusateurs se furent présentés, ils ne lui reprochèrent aucun des crimes dont je le supposais coupable;

19. ils avaient seulement contre lui quelques disputes relatives à leur religion et à un certain Jésus mort, que Paul affirmait être vivant.

20. Hésitant donc dans une affaire de ce genre, je lui demandai s'il voulait aller à Jérusalem et y être jugé sur tout cela.

21. Mais en ayant appelé, pour que sa cause fût réservée à la connaissance d'Auguste, j'ai ordonné de le garder jusqu'à ce que je l'envoie à César.

22. Agrippa dit à Festus: Je voudrais, moi aussi, entendre cet homme. Demain, dit Festus, tu l'entendras.

23. Le jour suivant, Agrippa et Bérénice vinrent en grande pompe; et lorsqu'ils furent entrés dans la salle d'audience avec les tribuns et les principaux habitants de la ville, Paul fut amené par ordre de Festus.

24. Et Festus dit: Roi Agrippa, et vous tous ici présents avec nous, vous voyez cet homme au sujet duquel toute la multitude des Juifs m'a interpellé à Jérusalem, me sollicitant et criant qu'il ne fallait pas qu'il vécût plus longtemps.

25. Pour moi, j'ai reconnu qu'il n'a rien fait qui mérite la mort; et lui-même en ayant appelé à Auguste, j'ai résolu de le lui envoyer.

26. Mais je n'ai rien de certain à écrire à son sujet à mon maître; c'est pourquoi je l'ai fait venir devant vous, et surtout devant toi, roi Agrippa, afin qu'après l'avoir interrogé, j'aie quelque chose à écrire;

27. car il me semble déraisonnable d'envoyer un prisonnier, sans indiquer ce dont on l'accuse.




Livraria Católica

Conheça esses e outros livros em nossa livraria.




“O passado não conta mais para o Senhor. O que conta é o presente e estar atento e pronto para reparar o que foi feito.” São Padre Pio de Pietrelcina